mardi 9 mai 2017

8 mars. Grève Internationale des Femmes


"Nous tissons un nouvel internationalisme"

 #Pas une en moins

Montpellier. Justice ! Dignité !

Nous avons marché contre le racisme et l'état policier.


Dimanche matin...
Après être passé au local pour récupérer nos tables pliantes, la sono, les 500 tracts tirés pour le collectif unitaire, des pancartes « Désarmons la police » et « Bienvenue aux migrantEs », des journaux et des autocollants, on arrive au jardin du Peyrou vers 11h30. Les copines d’Amnesty International ont le même timing et arrivent avec le matériel pour l’animation « parcours des migrantEs ». Les camarades du collectif Migrant-e-s Bienvenue 34 sont déjà présentEs avec la magnifique banderole, créée par JERC (https://www.facebook.com/jercdessin/?fref=ts) et les 3 énormes et superbes portraits à l’effigie des copains du CAO, créés par Al Sticking (https://www.facebook.com/al.sticking?fref=ts). Les camarades de la Coordination des Groupes Anarchistes, de la Collective et d’Ensemble sont également déjà présentEs sous le soleil de Montpellier. Les membres de RESF34 et de la CIMADE qui sont partie prenante de la Marche pour la Dignité et la Justice de Montpellier ne tardent pas à nous rejoindre.
Dessin de JERCwww.facebook.com/jercdessin
On occupe donc un petit bout du jardin du Peyrou, pour pique-niquer avec les copains hébergés au CAO venus nous rejoindre. Les promeneurs/promeneuses s’arrêtent aux tables militantes. On n'est pas aussi nombreuSEs qu’on aurait voulu mais les créations des artistes pour le collectif Migrant-e-s Bienvenue 34 nous donnent l’impression d’occuper le terrain et de poser les questions de la solidarité avec les migrantEs. D’ailleurs, doit-elle aller jusqu’à la régularisation des sans-papiers ? Jusqu’à la liberté de circulation et d’installation ? Et notre dénonciation des violences policières. Se contente-t-on de dénoncer quelques brebis galeuses dans les rangs de la maréchaussée ou bien analyse-t-on que les meurtres et les viols commis par les flics sont la partie émergée d’un racisme institutionnalisé qui, par l’état d’urgence permanent, est bien utile au système capitaliste pour fabriquer un autre, un pas comme nous, un ennemi intérieur d’où viendraient tous les problèmes.

Noirs dess(e)ins présidentiels


Délirius, Jerc et Karak se déchainent.
Cliquez sur les dessins pour les agrandir.

Béziers, ce laboratoire si spécial de l'extrême droite...


"Mais il était trop tard, nous les avions laissé passer, alors nous nous sommes dit qu'il ne fallait jamais cesser de les combattre, que, jusqu'à notre dernier souffle, il nous faudrait faire face, faire face et faire front, faire face au Front" (Les Ogres de Barback)

En fournissant chaque jour une énormité aux médias, le petit Führer de Béziers a réussi à faire de sa ville le laboratoire de l’extrême droite la plus déboutonnée. 

Certes, il y a une opposition, mais dispersée et divisée et qui a bien du mal à exister face à la méthode à Robert. D’où l’idée de cette émission en public au théâtre sortieOuest, pour réunir ceux qui se battent localement, associations, témoins, chercheurs, médias…


Ni dubliné(e)s, ni expulsé(e)s, 
solidarité avec les réfugié(e)s, les exilé(e)s

Le Collectif Migrants bienvenue 34 avait appelé mercredi 5 avril à un rassemblement devant la préfecture.

Ainsi une soixantaine de personne étaient présentes: membres du collectif, association LDH, organisations politiques, pour:
  • affirmer notre solidarité envers les migrant(E)s qui subissent les politiques d'inhospitalité et de traque menées par les différents gouvernements français.
  • Rappeler à l' Etat français ses engagements à l'époque de l'évacuation des camps de Calais, à savoir: Ne pas expulser ces migrant(E)s vers les pays dans lesquels avaient été faits les premières demandes d'asile, c'est la procédure " Dublin" qui permet aux Etats européens de  renvoyer les demandeurs d'asile dans le premier État ayant enregistré leurs empreintes.
Plusieurs personne soutenues par le collectif sont sous le coup de cette procédure et menacées d'expulsion en particulier vers l'Italie.